Entrevue avec un cuisinier

Billet_Cuisinier

Steve Harrisson a d’abord travaillé dans un restaurant de cuisine familiale pendant 6 ans avant de s’inscrire dans un D.E.P.en cuisine au centre de formation professionnelle Fierbourg.

Lorsque Steve passait devant le Parlement de Québec, il disait à qui voulait l’entendre : « Un jour, c’est ici que je travaillerai! » Il a réussi. Et il n’y fait pas de la politique. Steve est cuisinier au Parlementaire; le restaurant du Parlement.

D’entrée de jeu, Steve m’avoue qu’il parle beaucoup. Et c’est vrai! Mais au-delà de ce fait, on sent dans toutes ses explications, un intérêt immense pour sa profession.

« On est tous un peu pareils dans la cuisine. On est des gens énergiques, on a besoin de bouger et de se sentir dans le feu de l’action. Il y règne une belle ambiance, on s’amuse beaucoup, mais lorsque le « rush » commence, on revient sur un autre mode et là, c’est la concentration et l’efficacité qui nous définissent. »

Il parle de son équipe comme de sa « gang » et de sa chef comme quelqu’un de très passionnée qui les dirige bien.

Dans la cuisine, il m’explique que les rôles sont bien définis. On est garde-manger, rôtisseur, saucier, entremétier, pâtissier… « Moi, je suis tournant. » Steve est donc très polyvalent; il doit être en mesure d’exercer le rôle de chaque chef de partie lorsque c’est nécessaire.

« Quelquefois, les journées peuvent être très longues et exigeantes dans la restauration, c’est donc important d’aimer ce qu’on fait. Les milieux de travail sont très différents. Il y en a pour tous les goûts : L’hôtellerie, la restauration et l’institutionnel. Mon milieu me convient parfaitement : J’aime mes horaires et comme je veux privilégier la famille, c’est possible de bien harmoniser tout ça. »

Avant de quitter, il accepte de se prêter au jeu et de répondre à mon petit questionnaire.

Ce que l’on dit qui est vrai sur les cuisiniers : « Nous sommes un peu hyperactifs, on aime vraiment bouger, être dans le feu de l’action. »

Ce que l’on dit qui est faux sur les cuisiniers : « Qu’on est tous grognons et qu’on a mauvais caractère! Au Québec, il y a un respect et une bonne ambiance de travail entre les chefs et les cuisiniers, c’est très humain. »

Les défis qui te stimulent dans ton travail : « Voir l’évolution de la cuisine au Québec, voir apparaître de nouveaux produits et toujours m’améliorer en cuisine. »

Des qualités que tu possèdes, qui te sont vraiment utiles dans ton travail : « La ponctualité et l’organisation sont deux belles qualités qui me servent énormément dans mon travail comme cuisinier.  »

Mots-clés : , , , ,

Articles reliés

Technique_Education_Specialisee
Cas vecu_AnneLaurie
  • Cas vécu : Anne-Laurie

  • 3 mai 2012
  • Anne-Laurie en a eu assez de se poser 10 000 questions sur son orientation. Elle a voulu prendre le taureau par les cornes. Sa décision? Une visite à la ferme s’imposait! Lire la suite

  • Cas réels